AperoTIC sur les réseaux sociaux

, par Pierre

Grâce à mon collègue Clément Aubert, j’ai participé à une soirée apéroTIC organisée par l’association de quartier la goutte d’ordinateur autour des réseaux sociaux.

En quelques mots (qui ne résument pas cette soirée riche), j’ai essayé d’y insister sur la nécessité d’avoir un niveau élevé de méfiance vis à vis des réseaux sociaux mainstream, notamment concernant l’exploitation par les publicitaires des données personnelles. J’ai parlé des alternatives et de la nécessité que les pouvoirs publiques soient acteurs non plus au niveau des tuyaux, mais au niveau applicatif pour leurs citoyens.

J’ai rappelé que le numérique détruit plus d’emplois qu’il n’en crée et que les économistes croient avoir trouvé dans les données personnelles (ce qu’ils entendent par l’expression big data) un nouveau pétrole, dont l’extraction par de grandes sociétés américaines est comparée par certains à un nouveau colonialisme numérique dans une Europe vassalisée. Mais laissons les capitalismes nationaux trouver les mots pour haranguer leurs troupes.

Des alternatives libres existent. La plus connue étant peut être le réseau social Diaspora. Elles sont souvent décentralisées. Certaines font appel au cryptage fort (c’est encore balbutiant de ce coté là), mais toutes assurent un peu de confidentialité en faisant en sorte qu’il n’y ait pas collecte de données à des fins publicitaires. Et plus intéressant encore elles sont pour certaines interopérables : Friendica une autre alternative implémente par exemple la fédération de Diaspora, pour la communication instantanée, on pourra aussi rappeler les efforts fournis autour du protocole xmpp.

L’idéal serait que les collectivités locales déplacent leur regard des tuyaux de l’internet (le haut débit pour la commune) vers la maîtrise des applications et assurent l’accès aux communications sociales de leurs habitants sur internet par des réseaux sociaux libres, décentralisés et respectueux de la confidentialité, auxquels pourront s’ajouter des services locaux en prise avec le territoire, mais tous interopérables via de la fédération. Les efforts fait dans le sens d’une démocratie participative, pourraient ainsi être canalisés autour d’un accès fédérateur au réseau social.

Il n’y a pas plus de raisons de laisser les réseaux sociaux à des géants de l’internet que de laisser l’urbanisme aux mains des géants du BTP.

Revenu et logement, Je livre ici quelques éléments de comparaison concernant mon niveau de vie, pour couper court à quelques idées reçues, et un condensé de nombreuses (...)
Revenu et travail d’un enseignant-chercheur, Cet article complète l'article Revenu et logement, en détaillant un peu le budget de mon ménage, mon parcours d'enseignant-chercheur en terme de (...)
Cybersyn (el systemo synco), Au café, mardi 5 avril 2011, j'ai bien vu que, mis à part Antoine Allombert, personne ne connaissait l'histoire de l'extraordinaire projet chilien (...) [jpg, jpg, png]